Dialogue National au Cameroun.

Depuis la décision du président de la république du Cameroun de convoquer un dialogue national, l’ensemble de la population ne s’accorde toujours pas sur les questions à aborder, les personnes interessées. Et pour plusieurs il s’agit plutot d’une tartuferie.

Le blog de Didier voient les choses autrement.

Ce dialogue doit se faire sur trois dimension et c’est une opportunité veritable pour s’arrêter sur la question existantielle du Cameroun. Sur le plan personnel, social, et national.

– Le dialogue sur le plzn personnel consiste à se poser la question sur la place que chacun joue veritablement dans le Cameroun, est ce qu’il est vecu ou il prend place en tant qu’acteur de son propre avenir, chacun devrait ainsi se poser la question sur le lien qu’il a envers lui même, est ce qu’il solutionne lui même les problème de sa vie par ses propres facultés ou il a toujours besoin d’une aide exterieure. Quel est impact veritable sur son avenir, celui de sa famille de sa ville, de sa region, de son pays. Est ce que chacun sert le prochain ou se sert soi même des ressources mises à la disposition du Cameroun. Dans la situation ou chacun se trouve, est ce que cette situation permet au prochain de s’epanouir ou sert à un épanouissement personnel.

– Sur le plan social, le dialogue consistera à étudier les connexion avec l’entourage le plus proche et l’entourage lointain. Savoir si il y’a une véritable solidarité dans les les quartiers, est ce que lors de la survenance d’un incident, un pont qui se casse, une chaussé qui s’ebroule, un le problème de route. Chacun vaque à ses occupations en attendant l’intervention de l’Etat ou la société s’organise solidairement pour apporter des reponses à tout problème qui surviendra. Est ce que la voix d’un quartier ou d’une ville est assez forte pour influencer l’action des pouvoirs publics. Y’a t’il des personnes influentes ou des personnes moribondes.

– Sur le plan national, le dialogue consistera à évaluer le veritable lien qui existent entre les gouvernants et les gouvernés, entre les entités organisationnelles et les populations les plus éloignées. Savoir si l’Etat couvre et a veritablement les moyens de couvrir tout le territoire.

Est ce que ceux qui sont aux affaires, les ministères, les collectivités distribuent de manière efficace, transparente, objectives, sans chantage, égoisme et partie pris les ressources allouées pour la construction de la société

Est ce que ces personnes sont mieux formées et outillées pour produire les resultats attendus. Existe t- il des évaluations à ce sujets? Existe- il une bonne strategie de rotation des ressources afin que ceux qui s’y trouve ne plongent pas dans la monotonie?

Est ce que il y’a veritablement un processus électoral permettant une alternance transparente et est ce que les acteurs de l’alternance ont autant de moyens, financiers, humains et intellectuels pour venir à bout de l’idéologie dominante.

La question et crise anglophone ne cache t- elle pas un malaise nationale que , c’est une opportunité de regler tout aujourd’hui et éviter demain de parler de la question ou musulman, chretienne, pygmée, nordiste, sudiste, centriste, western, autochtone, hallogène?

Mon livre « le retour de l’afrique » publié en 2014 en parlait déja et avait même évoqué cette decision du président de convoquer un dialogue national pour éviter une crise de grande ampleur.

Mettez un j’aime si vous avez apprecié posez des questions. Abonnez vous.


Publicités

D’une situation défavorable à la gloire.

A l’image de la corée du sud et bien d’autres pays, lorsqu’on se retrouve dans une situation défavorable. En amour, dans la vie, sur le plan professionnel, social, économique, politique. Par une bonne pratique de la pensée on peut retourner la situation en sa faveur.

La corée du sud sortait d’une guerre et a été devastée par une pire inondation. En 1960 son PIB moyen par habitant était de 158,2 US $ par habitant au même titre que plusieurs pays africain à l’instar du Cameroun. Aujoud’hui son PIB est de près de 30 000 US$ très loin devant ses anciens homologues. Sans ressources naturelles, sans plantation, seulement par la transformation.

C’est ce que veut démontrer l’écrivain Nke Ekani Pierre Didier par la publication de son livre » De la rupture amoureuse à la réussite dans la vie » Cette publication vient à la suite de deux autres ouvrages.  » Le retour de l’Afrique » et « Le voyage interplanetaire » disponible sur le site amazone.

Lisez et vous serez transformés.

Le chemin interplanetaire

Est ce que c’est une serie des stars wars?

En fait il s’agit d’un jeune qui ce retouve dans une crise existancielle, lors de differents questionnements il interpelle un habitant des autres planète qui lui propose d’y faire un tour.

Des planètes solides glaciales en passant par les gazeuses. Il fera des experiences terribles, restera t- il la même personne?

Nous vous invitons à lire l’ouvrage

https://www.amazon.fr/chemin-interplanetaire-Pierre-Didier-Ekani/dp/6202290439

Les dix idées qui montrent que malgré les richesses du sol, les appuis internationaux, le nombre d’intellectuels, l’africains collectivement manque d’efficacité.

Malgré la poignée des africains qui ont réussi à se hisser sur le sommet dans plusieurs domaines de la société, il demeure néanmoins un fossé profond entre ceux qui croupissent dans le puit de leur dépérissement. Voici les éléments qui montrent le pourquoi et qui donnent quelques pistes de reflexion.

Les personnes qui ont le plus réussi dans le monde ne sont pas des intellectuelles (Hommes d’affaires, sportifs, artistes etc…)

L’éducation et le savoir ne sont pas suffisants pour la réussite

L’aide extérieure est un atout, mais sans une qualité intérieure suffisante elle est inefficace et peut même être toxique.

La majorité des africains et de leur dirigeants n’ont toujours pas intégré l’efficacité du travail du groupe. Ce que les animaux agiles ont compris depuis(les lions, les hyènes, les lycaons, etc..)

La plus grande économie est celle du savoir, car le savoir est une denrée impérissable, plus on en donne plus on en reçois certains pays l’ont compris (Japon, Corée du sud, île Maurice etc..)

Depuis leur tendre enfance, ma majorité des africain a été programmés pour échouer.

On ne bâti pas un pays avec seulement des fonctionnaires. Qu’il faut véritablement créer des entrepreneurs, et nommer des milliardaires, susciter de l’innovation.

Les idées répétées et imprimées depuis leur enfance ont constitué un paradigme qui est une véritable barrière à leur développement

La bonne nouvelle est qu’en changeant de paradigme les africains vont changer leur vie

Qu’il suffit simplement d’imprimer de nouvelle idées, positives, ambitieuses, innovantes pour inverser la tendance.

Déception amoureuse et déception de la vie. Quelle rapport? Et comment y faire face.

Chacun de nous a un désir ardent de vivre une lune de miel romantique perenne avec la vie ou avec le partenaire dont l’on est souvent amoureux. La liaison avec la vie ou le partenaire est souvent chargée de vagues d’émotions. Ces deux conceptions sembles distants, cependant on peut trouver plusieurs rapport entre eux.

1- La vie est belle même le partenaire

2-Les deux deçoivent et sont souvent infidèles.

3- La déception amoureuse ou de la vie est la cause du stress et parfois de la depression.

4- Avec le temps et la reprise de l’estime de soi on peut s’en sortir de l’une ou de l’autre.

5- L’energie dégagée par la survenance des deux types de déception a souvent été un carburant propulseur pour la réussite dans la vie en général des personne déçues.

6- Les deux types de déceptions ont toujours été un cadeau pour tous ceux qui se sont rétrouvés dans cette situation.

7- Il existe des exemples motivants dans le monde ou dans nos sociétés des personnes qui en traversant ces tunnels sombres, ce sont retrouvés dans des situations aujourd’hui très avantageuse.

8- Le plus important est de savoir qu’aucune situation n’est statique et que seuls l’agilité et l’estime de soi permettent de mener une réussite assurée.

Silence Radio après une rupture amoureuse.

Après une rupture amoureuse, le partenaire lésé est souvent tenté de faire le deni de rupture, appeler, écrire ,attendre ou encore envoyer des nouvelles, publier des statuts. Ces actions confortent le partenaire à l’origine de la rupture et l’éloigne d’avantage du concerné. Pourquoi le silence radio?- Prendre de la distance, il faut faire confiance au partenaire qui a mis fin à la relation en se deconnectant de tout ce qui vous liait.- Garder sa hauteur: Se mouvoir met l’autre partenaire au haut du piedestal qui se trouve conforté, et te met en demande.- Reconquète, il redonne la confiance, car le partenaire après un long silence radio, commence à cogiter et changer.- Le lacher prise, il permet de se deconnecter, de se liberer mentalement de l’image et des projets de votre partenaire. Car en resistant on se fait plus de mal alors qu’en lâchant prise,on diminue la douleur. On avanceBonne reflexionWhatapp 698532309

Management Responsable , tour du Cameroun cap sur Meyomessala.

Sur invitation d’un client, je dépose mes valises à meyomessala.

Je suis ouvert à d’autre clients.

La formation est gratuite. C’est de la solidarité. Cependant les charges de formation seront supportées par le client.

– Stylo

– Cahier

-Pause café

– Hebergement et restauration du formateur.

Nombre de personne par séance: 10

Tel 237 698532309

mpcsec@yahoo.fr

Tournée Nationale de formation sur le mangement responsable.

Cette formation propose une vision du management responsable qui peut être pertinente autant dans la gestion au quotidien des entreprises que dans les prises de décision qui ont un impact pour l’avenir du collaborateur, de l’entreprise, de sa localité et de la terre. Un management responsable repose sur la triple contrainte sociale, économique et environnementale du
développement durable. Son déploiement n’est possible que par la transformation des personnes, des entreprises et de la société dans son ensemble. Il implique de repenser nos habitudes et nos préjugés, ainsi que de modifier nos valeurs.
Cette formation s’adresse autant aux chefs d’entreprise, cadres, et employés désireux de participer à la création de contextes de travail plus harmonieux et de communautés humaines
plus sereines.

Une structure à trois niveaux
Afin de prendre corps, le management responsable exige un changement de mentalité dans les
manières d’envisager la conception, la production, la distribution et la consommation de biens
et de services. Il doit aussi pouvoir s’appuyer sur la transformation des personnes, des
entreprises et de la société dans son ensemble. En d’autres mots, le management responsable
n’est pas une méthode que l’on peut appliquer en suivant une recette; il suppose de repenser
nos habitudes et nos préjugés, et de réfléchir aux valeurs qui guident nos actions.
Cette formation s’articule ainsi autour de sept valeurs importantes, proposées pour mieux
appréhender le management responsable. Chaque valeur est présentée à partir de trois angles
d’analyse.
1. Le point de vue individuel (ou micro) aborde les comportements et les attitudes des
personnes qui évoluent à l’intérieur et autour des entreprises. C’est souvent à la suite
d’actions individuelles que des mouvements collectifs émergent et inspirent des
changements profonds dans nos sociétés.
2. Le point de vue organisationnel (ou méso) cible les actions de l’entreprise, de même
que sa structure, ses processus et ses parties prenantes. Les entreprises sont également
de puissants outils de changement qui peuvent influencer de manière importante
l’avenir de l’espèce humaine sur la planète Terre.
3. Le point de vue sociétal (ou macro) se concentre sur des changements qui engagent la
société dans son ensemble. Il intègre les gouvernements, les institutions internationales
et les organisations de la société civile à l’équation du management responsable.

Module 1 – L’efficacité

Efficacité est un emprunt au latin efficacitas, «fait de produire un effet
notable».
Elle est la valeur centrale du management responsable.
L’efficacité est la qualité d’une personne, d’une chose ou d’une approche à produire les
résultats attendus. On a souvent tendance à vouloir quantifier l’efficacité (p. ex., un montant, un
ratio ou un pourcentage), alors qu’elle peut également renvoyer à des notions plus complexes,
comme l’utilité, la fertilité, la santé et l’impact social.
Ce module jouera sur la polysémie de la valeur de l’efficacité, autant sur le plan individuel,
organisationnel que sociétal.
 La quête du sens du travail: trouver son ikigai
 L’efficacité personnelle: laisser une trace positive de son séjour sur Terre
 Les critères de l’efficacité organisationnelle
 La performance sociale des entreprises
 Les avantages d’une économie plurielle

Module 2 – L’intégrité

Intégrité est un emprunt au latin classique integritas, «fait d’être
entier».
Elle porte en elle les notions d’authenticité, d’honnêteté et d’éthique.
L’intégrité est au cœur de nombreux enjeux de notre époque, qu’il s’agisse d’intégrité
physique, psychologique, professionnelle ou écologique. Ici, la métaphore de la boussole est
évocatrice : l’intégrité oriente les actions d’une personne, d’une entreprise ou d’une collectivité
qui veut déterminer des objectifs et garder le cap.
Ce module est ponctué de diverses notions reliées à l’intégrité des personnes, des entreprises et
de la société dans son ensemble.
 L’alignement de soi: intégrité, congruence, authenticité et conscience
 Le leadership conscient et authentique
 La cohérence stratégique et la gouvernance de l’entreprise
 Les certifications et les audits sociaux et environnementaux
 Les enjeux éthiques contemporains: de l’intégrité physique à l’intégrité écologique
Module 3 – Le dévouement
Dévouement est relié à la notion d’altruisme, alter, «autre».
Se dévouer, c’est consacrer son énergie au service des autres.
Le dévouement est souvent associé au concept d’altruisme, c’est-à-dire au fait de vouloir faire
du bien autour de soi sans rien attendre en retour. Cette valeur constitue probablement la
caractéristique essentielle de la notion de développement durable, où la Terre est le jardin
commun de l’humanité dont chacun a la responsabilité de prendre soin.
Ce module s’intéresse au dévouement en tant que valeur humaniste incontournable au
management responsable.

 Les attitudes fondamentales:

 Le leadership bienveillant: la primauté de la volonté de servir
 La santé organisationnelle: bien-être, santé et sécurité au travail
 Les entreprises au service du bien-être durable de leur communauté
 L’entrepreneuriat social au Nord comme au Sud
Module 4 – L’audace
Audace provient du verbe latin audeo, «oser».
C’est une condition nécessaire pour relever les défis et avoir un réel
impact dans le monde.
L’audace est la capacité à se dépasser, à innover, mais aussi à affronter ses peurs et à prendre
des décisions courageuses. Faire preuve d’audace est nécessaire pour modifier une situation
inacceptable, pour accomplir de grands projets ou pour atteindre de nouveaux sommets. Faire
preuve d’audace, c’est accepter un certain déséquilibre pour avancer.
Ce module explore quelques jalons d’un management audacieux de soi, des autres, des
entreprises et de la société dans son ensemble.
 Les formes d’audace au travail: intrapreneurship, déviance constructive, lanceur d’alerte
 Le courage des gestionnaires et le leadership transformationnel
 L’entrepreneuriat responsable comme forme d’audace: la création de valeur partagée
 L’entreprise apprenante et la culture d’innovation
 De l’innovation sociale à la transformation sociale

Module 5 – La solidarité

Solidarité provient du latin in solidum, «pour le tout».
Les personnes se constituent en réseaux de relations et doivent se porter
une aide mutuelle.
La solidarité exprime un rapport d’interdépendance entre des personnes ayant conscience d’une
communauté d’intérêts qui les pousse à se porter une aide mutuelle. Cette valeur requiert de
reconnaître l’importance du collectif, du «nous» et du vivre-ensemble ainsi que la mise en
place de pratiques favorisant ce vivre-ensemble.
Ce module traite du projet inclusif qu’est le management responsable, visant un avenir
équitable et prospère pour tous.
 Le respect au quotidien: courtoisie, convivialité et collégialité
 Le leadership partagé et le travail d’équipe
 La gestion de la diversité en entreprise
 L’économie solidaire et l’économie du partage
 La solidarité sans frontière: le partenariat Nord-Sud

odule 6 – L’humilité
Humilité est un emprunt au latin humilitas, «fait d’être près de la terre».
Elle se définit notamment par l’expression de gratitude envers autrui et
envers la Terre.
Au quotidien, l’humilité implique une évaluation juste, exacte et précise de soi, incluant la prise
de conscience de ses propres limites et la recherche d’aide quand on en a besoin. L’humilité
renvoie aussi à la création d’un rapport plus respectueux à la Terre et à ce que celle-ci offre à
toutes les espèces vivantes, ce qui peut se faire par l’entremise de modèles d’affaires innovants.
Ce module tente de dépeindre le rôle primordial de l’humilité dans le grand projet du
développement durable. .
 L’humilité au quotidien: accepter ses forces et ses faiblesses
 L’humilité comme moteur du changement: comment apprendre de ses erreurs
 Les différentes formes de reconnaissance au travail: la personne, les processus et les résultats
 L’humilité organisationnelle comme source d’avantage concurrentiel
 Des modèles d’affaires innovants pour un rapport plus humble à la Terre
Module 7 – L’agilité
L’agilité représente autant une valeur à promouvoir qu’une habileté
essentielle à cultiver pour relever les défis du développement durable.
L’agilité est la capacité de naviguer entre les obstacles, c’est-à-dire de s’adapter aux
changements constants de son environnement. La métaphore du monocycle est évocatrice à ce
propos: loin d’être en opposition avec le déséquilibre, la stabilité s’obtient plutôt en l’utilisant
d’une manière mesurée. L’équilibre est donc un usage intelligent du déséquilibre, et l’agilité est
à la disposition de qui maîtrise ce savoir-faire.
Ce module jongle avec les paradoxes qui caractérisent la complexité croissante de la société
contemporaine.
 L’intelligence émotionnelle et la complexité comportementale
 La gestion agile des personnes et des équipes: de l’entreprise agile à l’entreprise «opale»
 La gestion du changement et des crises dans les entreprises
 Naviguer dans les environnements VICA: volatiles, incertains, complexes et ambigus
 L’appréhension des paradoxes du développement durable

Pourquoi vouloir rester avec une personne qui ne vous plus rester avec vous?

Après avoir vécu les bons moment avec un être aimé et que tu jour au lendemain d’un claquement de doigts, l’amour vole en éclat. L’on est souvent tenté de de reprendre le contrôle , mais très souvent il se fait tard.

Pour sortir de cette situation le blog de Didier donne deux idées.

– Acceptez la situation, intergrer la rupture, on change pas ce qu’on accepte pas. La resistance crée de la souffrance et la souffrance est le temps qu’on accorde à la douleur. Accepter la rupture c’est accepter d’avancer.

– Estime de soi, s’investir dans un couple c’est généralement s’oublier. Lorsqu’on a accepté la rupture, il faut arrêter de s’identifier à la personne à l’origine de la rupture, le fait est fait, ce qui est , l’est. Cette personne l’a fait pour son bien, il faut l’aider à être heureuse en se déconnectant sur sa personne et sa vie.

Si une personne ne veut plus faire partie de votre vie, c’est parce qu’elle n’est plus sensé l’être. Ce chapitre s’est fermé, alors il faut passer à autre chose. Être la meilleur version de soi. Son rôle est terminé un autre rôle viendra à vous.